SERRE Catherine Flux

ON VOUS A LU.E ON VOUS EN PARLE | Catherine SERRE | La Maison de Mues

 

 



LA MAISON DES MUES  Catherine SERRE

 

Entrer dans la Maison des Mues n’est pas facile.


On ne retourne pas aisément d’où l’on croit venir. Même dans l’habitacle d’un texte quasiment onirique, les mots doivent se chercher, bribe après bribe, en des brèches longtemps suturées. Des façons de dire en découlent qui semblent vouloir enchâsser en beauté et respect , l’histoire intime de la voix et transformer les constats lucides en chant sonore harmonieux. C’est donc l’audition qui est requise pour lire ce livre à paliers.

Comme on descendrait en profondeur, à son tour,  dans une eau inconnue. Les seuils de la perception y sont sans cesse franchis en apnée, entre le dehors et le dedans, entre l’ombre probable de l’altérité et la présence fluctuante de soi miniaturisé.e. Genèse d’une germination ordinaire et fantastique. Prémonition d’une double présence où se joue l’avenir en trois dimensions. La Maison des Mues est le contenant des métamorphoses d’une personne qui se pense à rebours et part à la rencontre d’une gémellité engloutie. En faire l’expérience en lisant à voix haute et tomber dans le vif du sujet, dans la couleur originelle, se laisser éblouir dans l’obscurité des sensations et bercer par les eaux primitives. Découvrir une vérité aux formes fluctuantes, rechercher celle qui rejoint la part commune d’une certitude amniotique. Ceci n’est pas un récit, ni un aveu, ni une parodie de circonstances. On peut peut-être parler de « reconstitution » que la narratrice assume et enrichit par des considérations métaphoriques et historiques. Le ton est pétri de sollicitude et d’empathie. L’écriture s’observe à chaque paragraphe comme un pressoir à fulgurances, non pour impressionner, mais pour graver quelque chose de définitif dans la mouture de l’image. On pourrait parler de photographie de famille, ou plutôt d’échographie tardive à consonance explicative. Il y a eu ceci et puis cela. En prendre acte. Bonifier la version par des explorations nouvelles. Renverser le temps comme on retourne un gant pour voir à l’intérieur les veines fines constrictives du tissu.  Quatre moments dans ce livre, qui s’articulent autour d’une nomination, celle d’un personnage appelé « la placenta » qui devient enfin « la petite morte ». D’abord indifférenciée, car informe, puis de plus en plus distinguée et convoquée la silhouette devient familière et inquiétante, aimable et refoulée. « L’histoire est trop charnelle, l’histoire est dérangeante » nous répète-t-on, au début, il faut l’investiguer, lui donner des bases anatomiques, valider son avènement, justifier l’émoi qu’elle provoque à distance dans le temps. L’énonciation, la nomination sont essentielles au propos, il faut découdre et recoudre les peaux successives de la compréhension, au contact du souvenir en grande partie inconscient. Rien ne peut revenir sans addition et reddition. Reconnaissance factuelle et symbolisation résiduelle. L’écriture comme outil analytique autocentré et perspicace. La beauté du « chant » tient aussi à cet effort de persévérance. A ce remuement et ce remaniement d’une langue du corps qui triture la conscience et l’habille d’élégance sans impudeur. La folie n’est pas absente du procédé, mais elle est jugulée par cette volonté d’accueil du mouvement d’excavation, qui ressemble au bout du compte à une expulsion retenue par des mains expertes. Une renaissance sublimée. Un dépassement de l’angoisse et une reconnaissance du traumatisme jamais scarifié sur la rétine du lecteur ou lectrice. Un ménagement subtil. Une prévenance douce et délicate. « Bientôt nous irons comme seule » conclue la narratrice. Cette conviction sert de viatique pour la séparation libératrice que la nostalgie accompagne sans pathos définitif. L’ouverture est salvatrice. Le texte nouveau-né arrive à terme. Il est complet. Il est partageable. *


                                                                                                 
                                         M.T PEYRIN 18/03/23

                                          



Ce livre a été écrit par Catherine SERRE

et édité par L'Arbre à paroles en 2023  

https://www.maisondelapoesie.com/editions/

 

 

 

 




 
 

Ma Photo

juin 2024

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

ATELIER en ligne | Grâce à qui ?

RESSOURCERIE | LIVRES D'ARTISTES

Les Voisinages en Poémie Amie

  • Viens donc boire un p'tit poème à la maison
    Depuis la création de la Cause des Causeuses en 2007 , nous avons rencontré de nombreux petits éditeurs ou éditrices passionnées par le partage de textes poétiques et d'oeuvres graphiques et picturales associées. Certains sont devenus des voisin.e.s estimé.e.s et pour lesquel.le.s un petit coup de projecteur nous semble justifié. La liste est bien sûr ouverte !

Roger DEXTRE | Anthologie permanente

  •  ANTHOLOGIE PERMANENTE | ROGER DEXTRE
    Des carnets de notes aux livres, Roger DEXTRE n'a cessé de consigner la parole de l'autre autant que la vie ordinaire, il a aussi mis en partage ses pensées, sa prose de poète et sa réflexion de philosophe discret. Cette anthologie subjective est une ébauche de randonnée dans sa bibliographie. __________________________ Le dessin a été réalisé par son grand Ami Bachir HADJI ©

Marie-Ange SEBASTI - CALVET, Anthologie Permanente

  • VÉRITÉ
    Marie-Ange SEBASTI version Causeuse Paradoxale : | Marie-Ange SEBASTI a écrit et publié des Poèmes depuis l'adolescence. Ontologiquement humble et réservée elle a peu montré ce qui lui venait de sa plume poétique jusqu'à fort tard dans sa vie. Elle nous a quitté.e.s le 19 Janvier 2022. Nous lui rendons hommage avec cette Anthologie subjective en Poémie Amie. | Il lui importait d'écrire chaque jour, mais sans chercher à démarcher. Pendant toute l' enfance son éducation s'est déroulée dans un climat d'extrême ouverture à la poésie et aux arts. Elle a laissé pousser les ailes de sa pensée subtile dans la bienveillance et l'amour des siens. Son origine Corse du côté paternel , la mort prématurée de celui-ci, l'ont définitivement ancrée dans l'insularité ,et dans ce haut regard infléchissable de vigie qu'on reconnait facilement chez ceux qui ont croisé le danger mais aussi la beauté d'une île altière assaillie à longueur de siècles par la convoitise générale. Elle y a installé un lieu d'écriture de bord de mer qu'elle a souvent rejoint avec Yves Calvet son merveilleux époux archéologue, en dehors des contraintes de temps liées à ses obligations professionnelles. Par ailleurs, elle a lu de façon attentive et intensive l'écriture des autres,notamment dans le cadre du Comité de lecture de la Revue LAUDES. Elle a fait connaître assez tardivement nombre de ses poèmes (plaquettes, recueils personnels, livres d'artistes et d'exposition) la plupart chez Jacques André Editeur qui prépare pour 2023 une réédition de plusieurs de ses recueils avec des inédits. Mth PEYRIN / M. Pool / Escarbille Bis

T d F Angèle PAOLI

  • Terres de Femmes | la revue de poésie & de critique d’Angèle Paoli
    Terres de Femmes En mémoire de l'Ami Yves Thomas le compagnon d'Angèle et par Amitié de longue date avec le couple , nous tenons à laisser en évidence le lien vers Leur magnifique site qui reprend peu à peu son travail de noria au service de la littérature et de la poésie en particulier. TdF / Une amitié née du WEB sur des affinités profondes et durables autour de la Poésie et de l'insularité qui lui permet d'être reliée à une multitude d'écritures contemporaines. Responsable de la rédaction : Angèle Paoli *** Direction artistique et mise en images : Guidu Antonietti di Cinarca [G. AdC]

BLOG HISTORIQUE Cause des Causeuses

  • LA CAUSE DES CAUSEUSES ... Vendanges Poétiques à volonté...
    Ce blog d'abord personnel a accompagné la création de l'Association Lyonnaise La Cause des Causeuses de 2007 à 2018. Il contient les balbutiements et les expérimentations numériques qui ont permis de relier les lecteurs et lectrices de Poésie que nous sommes et des écritures singulières pour les faire connaître lors de rencontres conviviales( Bivouacs poétiques, Troc Poétique, Lectures publiques, Ateliers thématiques en lien avec le Printemps des Poètes, Ateliers créatifs tout public...).